Archives de catégorie : Actualités / News

Genre et droit, deux colloques en novembre

Les 7 et 8 novembre prochain auront lieu deux colloques, l’un à Bruxelles, l’autre à Paris, traitant tous deux de la question du genre dans le droit.

A Paris le colloque organisé par l’équipe du projet REGINE (Recherches et études sur le genre et les inégalités dans les normes en Europe) porte sur divers enjeux de genre dans le droit français à travers deux axes : le genre comme produit du droit, et le genre comme outil du droit. Le programme est disponible à cette adresse.

A Bruxelles, le Centre de droit public de l’Université Libre intitule son colloque « Le juge est une femme » et traite plus spécifiquement de l’impact de la présence des femmes dans la magistrature. On trouvera un programme détaillé à cette adresse.

Arthur Vuattoux

Université Paris 13 - IRIS

More Posts

Les cannibales de Brétigny

Goya

Comme si la catastrophe ferroviaire qui s’est déroulée vendredi sur la ligne Paris-Limoges ne se suffisait pas à elle-même dans l’ordre du scabreux, le syndicat de police Alliance, par la voix de l’une de ses déléguées, Nathalie Michel, déclarait le soir-même avoir été confronté à des « jeunes », d’abord perçus comme des secouristes, et dont l’activité aurait en fait consisté à piller les cadavres gisant encore, quelques minutes après l’accident.

Un peu plus tard, les chaînes de télévision en continu reprenaient l’information, avec très peu de précautions, et le ministre des transports lui-même, apparemment peu informé, se contentait de formules vagues. Du côté de la droite et de l’extrême droite, l’information collait visiblement à ce qui était attendu d’un incident en banlieue : on y voyait la réalisation de toutes les prophéties de barbarie répétées inlassablement depuis des années. Eric Ciotti évoquait la « barbarie », Lionel Luca dénonçait des « voyous charognards » quand le député de l’Essonne lui-même, encarté au Parti socialiste, parlait de « crétins inhumains ».

Il sera difficile de savoir ce qui s’est réellement « passé », en marge de l’accident, mais un démenti ferme a été apporté par les secouristes le lendemain, ces derniers expliquant par la voix de leurs porte-paroles l’absence d’incident grave, hormis un « vol de portable » isolé… Jean-François Riffaud, directeur de la communication de la Croix-Rouge, déclarait par exemple au Monde ceci : “nos équipiers n’ont rencontré aucun problème avec des badauds. Il n’y a pas eu d’agressions, nous avons travaillé de façon tout à fait normale”.

La question qui se pose alors est de savoir comment un (éventuel) vol de portable, à Brétigny (soit à quelques minutes de Paris, et dans un contexte où plusieurs dizaines de journalistes étaient présents), a pu quasiment se transformer en acte de cannibalisme, et comment la rumeur a pu « prendre » aussi rapidement dans les médias. Brétigny est-il un « no man’s land » aux mœurs douteuses ? Les catastrophes provoquent-elles des réactions primitives chez des habitants perdant dans le choc de l’événement les restes d’humanité qu’on leur conférait jusqu’alors, trop généreusement ?

En réalité, une hypothèse est plus plausible, qui consiste à s’intéresser aux conditions de possibilité de la rumeur. Présentés par la gauche comme par la droite comme « antimodernes », les « jeunes » de banlieue (car les barbares intérieurs sont toujours jeunes), ont été constitués depuis de nombreuses années comme les « transgresseurs multirécidivistes des mœurs civilisées » (1). Ces « nouveaux ennemis intimes » si bien décrits par Nacira Guénif-Souilamas et Eric Macé, qui voilent et violent leurs semblables féminines, sont aussi ceux qui volent les blancs civilisés lorsqu’ils portent secours à des victimes innocentes. De là à piller des morts, il n’y a qu’un pas…

Cet événement politique et médiatique, qui tire ses rumeurs macabres d’un événement lui, réellement insupportable (la mort de six passagers, suite à un problème d’infrastructure ferroviaire), n’a donc été possible qu’à la condition préalable de la constitution d’une population de banlieue en « réserve indigène » (2), en territoire étranger au sein des frontières nationales, rendant palpables ce que Didier Fassin nomme les « nouvelles frontières de la société française » (3). Cet événement indique également le niveau atteint par le discours raciste dans le sens commun médiatique et politique.

 (1) GUÉNIF-SOUILAMAS, Nacira et MACÉ, Eric, 2006. Les féministes et le garçon arabe. La Tour d’Aigues : L’Aube. 

(2) ibid, p.78.

(3) FASSIN, Didier, 2010. Les nouvelles frontières de la société française. Paris : La Découverte.

Illustration : Goya, Saturne dévorant ses enfants, Museo Del Prado, Madrid.

Arthur Vuattoux

Université Paris 13 - IRIS

More Posts

Appel à communication : Le travail socio-éducatif au prisme du genre

Nous relayons ici un appel à communication pour un colloque qui se déroulera en décembre prochain.

Colloque ENPJJ/Iris en partenariat avec les IUT de Bobigny et de Tourcoing

Bobigny, les 12 & 13 décembre 2013

 

Le travail socio-éducatif au prisme du genre

Appel à contributions

  Le genre est souvent occulté, voire dénié, dans le secteur social. Pourtant, il importe de saisir la manière dont il travaille le quotidien du monde socio-éducatif. Le genre est ici entendu comme « un élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes » (Joan Scott, 1988). Il constitue une clef de compréhension des dynamiques sociales au même titre que les rapports de classe, de race, d’âge, etc. Les travailleurs sociaux interrogent le plus souvent les différences entre les sexes à partir de certaines manifestations de la domination masculine – comme « l’agression sexuelle » ou « la violence conjugale ». Pourtant, qu’il s’agisse des relations de travail entre professionnel-le-s ou des rapports qu’ils/elles entretiennent avec les « usagers », les actrices et les acteurs de l’action socio-éducative sont aussi pris-es dans un réseau de représentations, de comportements attendus et d’ethos spécifiques qui participent de la reproduction d’un rapport de pouvoir dichotomique et hiérarchique fondé sur l’opposition féminin/masculin.

Comment les professionnel-le-s composent-ils/elles au quotidien avec la dimension genrée de leur activité ? Quelles dynamiques ont transformé leurs activités ? Comment le travail social, potentiellement porteur de valeurs féministes et/ou féminines, est-il transformé par la confrontation avec les valeurs, représentations et actions des « usagers » ? Ces questions ne sont pas nouvelles. Mais elles prennent une consistance particulière lorsqu’elles concernent les populations juvéniles envers lesquelles les institutions ont développé des dispositifs particuliers, à l’articulation entre éducation et surveillance, émancipation et contrôle.

Pour ces 14e journées de valorisation de la recherche de l’ENPJJ organisées en collaboration avec l’Iris, nous avons souhaité interroger la place centrale du genre dans le travail socio-éducatif, autour de trois axes de recherches complémentaires : 

1) l’accompagnement institutionnel aux identifications sexuelles et sexuées des jeunes

2) les rapports de pouvoir genrés qui traversent et constituent le travail socio-éducatif

3) la confrontation entre les sociabilités sexuelles et sexuées des adolescent-e-s et des professionnel-le-s.

Ces interrogations structureront deux journées de rencontres et de discussions qui entendent confronter la recherche en sciences sociales à l’expérience professionnelle pour penser ensemble les modes d’action institutionnelle et ses transformations actuelles.

 

La construction des identités sexuées et sexuelles des jeunes dans l’accompagnement socio-éducatif

Les individus construisent des identités sexuelles et sexuées tout au long d’un processus de socialisation et d’imposition, spécialement prégnant sur les jeunes. Les éducateurs, dans la diversité de leurs missions, et plus largement tous ceux et celles qui participent de ce travail de construction et d’assignation, mobilisent des valeurs spécifiques et s’appuient sur des normes rarement explicitées. Comment construit-on son identité sexuelle et de genre lorsqu’on devient un jeune « usager » du travail socio-éducatif, tout à la fois sous surveillance et enjoint à s’émanciper ? Comment se fabrique une culture de genre hégémonique (machisme, virilisme), subalterne, voire féministe ? Quels rapports de genre se mettent en place dans les espaces publics et les espaces privés que fréquentent les jeunes pris en charge ? Qu’en est-il dans les établissements éducatifs et dans la relation entre travailleurs sociaux et « usagers » ? Les professionnel-le-s du travail socio-éducatif ne sont-ils/elles pas amené-e-s, ne serait-ce que par les savoirs (notamment psys) qu’ils/elles mobilisent, à renforcer les stéréotypes sexués ?

 

Les rapports de genre dans le travail social

Les activités de maternage, de nursing ont depuis longtemps été dévolues aux femmes et le travail social est souvent vu comme une forme particulière de soin. La féminisation des professions du secteur paraît tellement « naturelle » que les diplômes sont historiquement féminins. Dans le champ éducatif, de l’enseignement « normal » à l’éducation spécialisée en passant par l’enseignement adapté, la division du travail s’opère constamment selon un ordre du genre : aux femmes les jeunes enfants et les filles, aux hommes les garçons. Ces partitions disparaissent formellement dans les années 1970, mais ce clivage genré ne survit-il pas dans les imaginaires collectifs et professionnels, souvent de manière inconsciente ? Les approches contemporaines du care apparaissent comme un apport utile pour comprendre les valeurs qui traversent l’action sociale, et les tensions qui émergent lors de sa mise en œuvre. L’étude des processus de formation, de professionnalisation et de la dynamique des carrières professionnelles pourra également constituer une entrée heuristique pour analyser les modalités selon lesquelles se constituent les rapports de travail.

 

Dimension genrée des sociabilités professionnelles et adolescentes : quelles répercussions sur la prise en charge ?

L‘évolution des stéréotypes sur les relations hommes/femmes et la place qu’ils occupent aujourd’hui dans la société comptent parmi les transformations les plus profondes de ces dernières décennies. Elles sont centrales dans le travail socio-éducatif, sans pour autant être toujours interrogées par les professionnel-le-s. Comment ces transformations influent-elles sur le travail social ? La mixité quasi généralisée des institutions a-t-elle effacé un traitement différencié des garçons et des filles ? Comment les professionnel-le-s adaptent-ils/elles leur action face à des comportements sexuels et sexués hétérodoxes ?  Dans les situations de précarité ou de discrimination, les protagonistes de la relation éducative n’ont-ils/elles pas tendance à « surjouer » les rapports sociaux en renforçant la ségrégation sexuée ? Ces injonctions aux rôles sexués n’entraînent-elles pas des difficultés particulières pour les professionnel-le-s ? La « tonalité » féminine du travail social n’a-t-elle pas des effets symboliques et réels sur la capacité des professionnel-le-s à porter des postures d’autorité très souvent associées à la virilité ? Comment les débats actuels sur l’individualisation des prises en charge intègrent-ils, reflètent-ils ou rejettent-ils la question du genre ?

Modalités de proposition de contributions

Les propositions de communication de 3000 signes devront parvenir à iris@ehess.fr avant le 15 mai 2013. Le champ disciplinaire embrasse tout aussi bien la sociologie, que l’histoire et l’anthropologie. L’appel est également ouvert aux doctorant-e-s. Au-delà du travail social au sens strict, les recherches présentées peuvent porter sur divers modes de prise en charge à visée éducative.

 

Organisateurs du colloque : ENPJJ Ecole Nationale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse – lIris Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux (UMR 8156 CNRS, EHESS, U997 Inserm, UP13)

Avec le partenariat de : IUT de Bobigny et IUT de Tourcoing

Comité d’organisation : Marc Bessin, Luc-Henry Choquet, Isabelle Coutant, Pauline Delage, Wassim El Golli, Emilie Jacquemot, Céline Matuszak, Sébastien Roux, Alice Sophie Sarcinelli, Daniel Verba,  Anne-Sophie Vozari, Arthur Vuattoux, Dominique Youf, Jean-Jacques Yvorel.

Comité scientifique pressenti : Marc Bessin (Président), Coline Cardi, Luc-Henry Choquet, Isabelle Clair, Isabelle Coutant, Pauline Delage, Wassim El Golli, Eric Fassin, Marie Garrau, Céline Matuszak, Marianne Modak, Pascale Molinier, Alice Sophie Sarcinelli, Delphine Serre, Michèle Perrot, Sébastien Roux, Daniel Verba, Anne-Sophie Vozari, Arthur Vuattoux, Dominique Youf, Jean-Jacques Yvorel.

Arthur Vuattoux

Université Paris 13 - IRIS

More Posts