La sous-représentation des femmes en prison dans les dernières décennies (1980-2012), regard statistique

La sous-représentation des femmes dans les statistiques de la détention est un phénomène bien connu, auquel on trouve plusieurs types d’explications, telles que la moindre présence des femmes dans la commission des délits ou dans la criminalité, le moindre enregistrement de leurs délits par les autorités (police, justice) ou encore leur inscription par l’institution dans d’autres formes de contrôle social, telles que des mesures alternatives ou para-judiciaires (secteur sanitaire et social notamment).

Dans une publication récente, le Ministère de la justice propose un regard rétrospectif sur les statistiques carcérales des trente dernières années. Très riches, les statistiques produites par l’institution permettent de quantifier le phénomène.

Y-a-t-il une évolution remarquable du recours à l’incarcération des femmes dans les dernières années ?

Si le nombre des femmes incarcérées a augmenté entre 1980 et 2012, cela ne se reflète pas en terme de pourcentage de femmes incarcérées parmi l’ensemble de la population sous main de justice, cette dernière connaissant dans son ensemble une véritable explosion démographique. On comptait environ 1200 femmes incarcérées en 1980 ; elles sont aujourd’hui près de 2500. Cependant, le pourcentage de femmes incarcérées sur l’ensemble de la population des prisons n’a que très peu varié dans la même période (se situant, comme on le voit dans le tableau suivant, entre 3 et 4 % de la population carcérale). [Cliquez sur l’image pour l’agrandir]

 Tableau 1980 2012 Population pénale femmes

Le proportion de femmes incarcérées varie t-elle en fonction de l’âge ? Y-a-t-il plus de mineures incarcérées ?

Les statistiques révèlent peu de différences en fonction de l’âge. La pyramide des âges élarborée à partir des données trimestrielles de la population sous écrou depuis 2002 donne en revanche un aperçu très éloquent de la disproportion dans le sex ratio de la population carcérale. Il ressort également des données de cette période que l’incarcération des hommes entre 20 et 69 ans a connu une forte augmentation. Dans le même temps, la part des mineurs dans la population carcérale a systématiquement diminué. En effet, si les mineurs représentaient jusqu’à 2 % de la population carcérale dans les années 1980, leur nombre a baissé dès les années 1990 pour se stabiliser depuis 2009 à 1 % des détenus1. La part des mineures dans la population carcérale est quasi-nulle, même si elle n’est pas quantifiée dans ce document [Cliquez sur l’image pour l’agrandir].

 Sex Ratio Incarcération 2002 2012

 

D’autres éléments mériteraient d’être analysés, tels que l’évolution de l’incarcération des étrangers au cours des années, à envisager comme un reflet de l’activité policière, ou encore la répartition de l’augmentation du taux d’incarcération en fonction du type et du quantum des peines.

1 Ces données permettent par ailleurs de remettre en cause le lieu commun souvent véhiculé d’une forte augmentation de la délinquance des mineurs. Si celle-ci connaît quelques variations, elle a tendance à diminuer, et elle se traduit en tout cas de moins en moins par des peines de prison. De plus, l’ouverture récente (depuis la Loi Perben de 2002) de structures fermées au sein de la Protection judiciaire de la justice ne permet pas d’expliquer à elle-seule la diminution de la part des mineurs dans la population carcérale, puisqu’on voit que cette diminution s’est enclenchée bien avant 2002.


Arthur Vuattoux

Université Paris 13 - IRIS

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.