Archives du mot-clé Médias

Les cannibales de Brétigny

Goya

Comme si la catastrophe ferroviaire qui s’est déroulée vendredi sur la ligne Paris-Limoges ne se suffisait pas à elle-même dans l’ordre du scabreux, le syndicat de police Alliance, par la voix de l’une de ses déléguées, Nathalie Michel, déclarait le soir-même avoir été confronté à des « jeunes », d’abord perçus comme des secouristes, et dont l’activité aurait en fait consisté à piller les cadavres gisant encore, quelques minutes après l’accident.

Un peu plus tard, les chaînes de télévision en continu reprenaient l’information, avec très peu de précautions, et le ministre des transports lui-même, apparemment peu informé, se contentait de formules vagues. Du côté de la droite et de l’extrême droite, l’information collait visiblement à ce qui était attendu d’un incident en banlieue : on y voyait la réalisation de toutes les prophéties de barbarie répétées inlassablement depuis des années. Eric Ciotti évoquait la « barbarie », Lionel Luca dénonçait des « voyous charognards » quand le député de l’Essonne lui-même, encarté au Parti socialiste, parlait de « crétins inhumains ».

Il sera difficile de savoir ce qui s’est réellement « passé », en marge de l’accident, mais un démenti ferme a été apporté par les secouristes le lendemain, ces derniers expliquant par la voix de leurs porte-paroles l’absence d’incident grave, hormis un « vol de portable » isolé… Jean-François Riffaud, directeur de la communication de la Croix-Rouge, déclarait par exemple au Monde ceci : « nos équipiers n’ont rencontré aucun problème avec des badauds. Il n’y a pas eu d’agressions, nous avons travaillé de façon tout à fait normale ».

La question qui se pose alors est de savoir comment un (éventuel) vol de portable, à Brétigny (soit à quelques minutes de Paris, et dans un contexte où plusieurs dizaines de journalistes étaient présents), a pu quasiment se transformer en acte de cannibalisme, et comment la rumeur a pu « prendre » aussi rapidement dans les médias. Brétigny est-il un « no man’s land » aux mœurs douteuses ? Les catastrophes provoquent-elles des réactions primitives chez des habitants perdant dans le choc de l’événement les restes d’humanité qu’on leur conférait jusqu’alors, trop généreusement ?

En réalité, une hypothèse est plus plausible, qui consiste à s’intéresser aux conditions de possibilité de la rumeur. Présentés par la gauche comme par la droite comme « antimodernes », les « jeunes » de banlieue (car les barbares intérieurs sont toujours jeunes), ont été constitués depuis de nombreuses années comme les « transgresseurs multirécidivistes des mœurs civilisées » (1). Ces « nouveaux ennemis intimes » si bien décrits par Nacira Guénif-Souilamas et Eric Macé, qui voilent et violent leurs semblables féminines, sont aussi ceux qui volent les blancs civilisés lorsqu’ils portent secours à des victimes innocentes. De là à piller des morts, il n’y a qu’un pas…

Cet événement politique et médiatique, qui tire ses rumeurs macabres d’un événement lui, réellement insupportable (la mort de six passagers, suite à un problème d’infrastructure ferroviaire), n’a donc été possible qu’à la condition préalable de la constitution d’une population de banlieue en « réserve indigène » (2), en territoire étranger au sein des frontières nationales, rendant palpables ce que Didier Fassin nomme les « nouvelles frontières de la société française » (3). Cet événement indique également le niveau atteint par le discours raciste dans le sens commun médiatique et politique.

 (1) GUÉNIF-SOUILAMAS, Nacira et MACÉ, Eric, 2006. Les féministes et le garçon arabe. La Tour d’Aigues : L’Aube. 

(2) ibid, p.78.

(3) FASSIN, Didier, 2010. Les nouvelles frontières de la société française. Paris : La Découverte.

Illustration : Goya, Saturne dévorant ses enfants, Museo Del Prado, Madrid.

Arthur Vuattoux

Université Paris 13 - IRIS

More Posts