Archives mensuelles : février 2013

Des hommes en guerre contre les juges et les femmes.

L’affaire du père retranché dans une grue à Nantes a fait la une des quotidiens ces derniers jours. Père d’un enfant, divorcé, cet homme s’est notamment illustré par deux soustractions d’enfants, dont la mère avait obtenu la garde. Il bénéficiait jusqu’à ces incidents d’un droit de visite, qui lui a ensuite été retiré. Mais au-delà de la situation particulière de cet individu, décrite en détail sur le blog de l’avocat Gilles Devers, on a pu assister à la mobilisation d’associations de défense des pères, et notamment de l’association « SOS Papa », qui est entrée depuis quelques années en guerre ouverte contre les juges des affaires familiales, qu’elle accuse de « sexisme » à l’encontre des pères. L’association, qui défend ici une situation où la loi a été bafouée par un père en colère, parle de « soustraction d’enfants » à propos des décisions des juges des affaires familiales, qui sont selon elle toujours favorables aux mères.

La réalité des jugements en cas de séparation

Pourtant, lorsque ce père et l’association qui le soutient affirment que les pères ne sont jamais entendus par la justice, arguant du chiffre de 80 % des résidences accordées à la mère, ils omettent de rappeler que seuls 30 % des pères demandent la résidence pour leur(s) enfant(s), et que quand ils la demandent, celle-ci leur est accordée dans près de 70 % des cas (un pourcentage d’accord quasiment similaire à celui des mères). Les chiffres (1) sont donc éclairants dans ce débat, au sein duquel SOS Papa cherche à faire émerger un statut de victime pour des pères auxquels la justice à refusé un droit de résidence.

Dans le même temps, les associations de parents tentent de faire accepter la résidence alternée comme une nouvelle norme de décision en cas de divorce, alors qu’elle est aujourd’hui réservée à des situations où un accord fiable est trouvé entre les deux parents (environ 20 % des décisions des juges des affaires familiales penchent pour la résidence alternée). Une proposition de loi a été déposée par des députés UMP à ce sujet, soutenue entre autre par Patrick Balkany, dont le sexisme assumé n’est pas le moindre des défauts (2). Cette proposition de loi, déposée en octobre 2012, a pour but de rendre plus systématiques les décisions d’autorité partagée et de résidence alternée, dont on sait pourtant, lorsque l’on connaît la réalité des décisions judiciaires, qu’elles doivent faire l’objet d’une évaluation fine de la situation parentale.

Le masculinisme en actes

L’association SOS Papa prône par exemple la suppression de l’accouchement sous X, la recherche automatique du père ainsi qu’une proposition de garde de l’enfant dans les cas d’abandon par la mère. Derrière la méconnaissance des situations concrètes des mères accouchant sous X ou abandonnant leur enfant (souvent suite à un abandon des pères, d’ailleurs, sur lesquels pèsent beaucoup moins de contraintes sociales à l’égard de la naissance), il y a la promotion idéologique d’une figure du père, qui serait d’une part victime de la machine judiciaire et de « mauvaises mères » jugées irresponsables (3), et qui apparaîtrait d’autre part comme toujours responsable et capable d’élever des enfants.

De plus, le « sexisme » des juges à l’encontre des pères est une piètre interprétation de la présence des normes de genre dans le système judiciaire. Certes, la justice relaye et vient parfois solidifier des normes de genre existant par ailleurs (l’idée, par exemple, que les mères seraient plus aptes par nature à s’occuper des enfants), mais elle se heurte aussi à la réalité d’une non-implication des pères dans la naissance puis dans l’éducation des enfants, réalité beaucoup plus massive et décisive pour l’instance judiciaire.

À l’heure où la ministre de la justice reçoit les associations de défense des pères, il faut mettre en évidence cette volonté de défendre une figure du père en décalage avec la réalité sociale des normes de genre, et surtout ne pas laisser penser que les femmes seraient « privilégiées » par des juges des affaires familiales foncièrement « féministes » (car derrière l’accusation de sexisme par les mouvements masculinistes, il y a une haine profonde du féminisme). Dans cette affaire, il s’agit donc de l’instrumentalisation d’une situation individuelle au profit d’une idéologie anti-féministe/masculiniste, bien plus que d’un fait divers malheureux et d’un individu « victime » de l’injustice de la société à l’encontre des pères.

 

(1) Brunet et al., « Etude sociologique sur la résidence en alternance des enfants de parents séparés », CNAF, Dossier d’étude numéro 109, 2008. URL : http://www.caf.fr/sites/default/files/cnaf/Documents/Dser/dossier_etudes/Dossier%20109%20-%20R%E9sidence%20Altern%E9e.pdf

(2) En pleine séance de questions au gouvernement, Patrick Balkany et d’autres députés avaient sifflé la ministre Cécile Duflot parce qu’elle portait une robe à fleur, affirmant ensuite qu’il s’agissait d’un geste « d’admiration » : http://www.france24.com/fr/20120719-sexisme-sifflets-huees-assemblee-cecile-duflot-robe-emoi-deputes-opposition-ministre-logement

(3) Sur la figure des mauvaises mères, voir le mémoire d’Anne-Sophie Vozari, « Les ambivalences de l’intervention sociale en direction des familles », CNAF, Dossier d’étude numéro 136, 2011, URL: http://www.caf.fr/sites/default/files/cnaf/Documents/Dser/dossier_etudes/dossier_136_-_ambivalences_pmi.pdf

 

 

Arthur Vuattoux

Université Paris 13 - IRIS

More Posts

Les normes de genre et l’élite féminine australienne

Un article paru récemment (1) dans la revue Gender and Education présente un travail d’analyse sémiotique réalisé à partir des brochures de présentation de douze écoles d’élite pour jeunes filles en Australie.

Les auteur-e-s montrent comment ces brochures relayent la représentation d’une féminité d’élite, à la fois très bien adaptée aux exigences néolibérales envers l’éducation (notamment à travers l’idée de « l’interconnexion » entre les élèves), mais surtout très proche de la « nature ».

Ainsi, sur la seule photo présentant une jeune fille en train de faire de la science (devant un microscope), on voit en fond d’image la nature (derrière les fenêtres, au dehors), cette nature étant par ailleurs sur-imprimée sur les bras de la jeune fille, symbolisant bien la primauté d’une nature idéalisée dans la définition de la situation.

Comme l’écrivent les auteur-e-s, « l’omniprésence de la nature dans la majorité des brochures des écoles d’élite pour jeunes filles symbolise un sanctuaire protecteur par rapport à la pureté et à la vulnérabilité imaginée de ces jeunes filles ». C’est ainsi à travers un usage extensif de la nature que la féminité promue par l’institution est construite.

En conclusion, les chercheur-e-s pointent à propos de ces représentations le paradoxe d’une féminité fortement rattachée à la nature (avec l’idée d’une vulnérabilité à préserver, d’une forme de pureté), mais en même temps supposée être adaptée aux contraintes de la structure néolibérale du travail (absence de vulnérabilité, goût du risque, etc.), plaçant ces jeunes filles dans une « situation intenable », au moins du point de vue des représentations.

Cette recherche montre comment une institution (ici, l’institution scolaire) peut « faire passer » des normes de genre dans un discours (ici, un discours publicitaire). Cela pose la question des représentations qui circulent d’un domaine à l’autre, le cas étudié étant largement éprouvé dans d’autres domaines (par exemple, lorsque les discours politiques de la différence des sexes réduisent fréquemment, et de la même façon, les femmes à une nature idéalisée). Cela démontre tout l’intérêt qu’il y a à analyser les normes relayées par les institutions, parfois avec quelques variations, mais souvent avec beaucoup de régularité. Les représentations apparaissent alors comme un moyen de réaffirmer une norme sociale dominante, de la confirmer, voire de l’imposer, faisant des discours publicitaires basée sur une différenciation idéalisée des sexes une forme de prophétie auto-réalisatrice.

(1) Wardman, N., Gottschall, K., Drew, C., Hutchesson, R., & Saltmarsh, S. (2013). « Picturing natural girlhoods: nature, space and femininity in girls’ school promotions », Gender and Education.

Arthur Vuattoux

Université Paris 13 - IRIS

More Posts