Archives pour la catégorie Lectures / Readings

La féminisation de la police en France

Après un post récent consacré à la féminisation dans la magistrature, une infographie proposée par le journal Le Monde est l’occasion de s’intéresser, cette fois, à la Police nationale.

Cette infographie a été réalisée à partir des données de la « prime exceptionnelle de résultats », accordée cette année à près de 40000 des 123000 policiers répartis sur le territoire français.

Accordée à des policiers de tout grade et toute spécialité, cette prime est l’occasion de saisir la réalité des effectifs de police en termes de genre.

Du point de vue la féminisation de la profession, on se rend compte d’une présence toujours faible des femmes dans les effectifs. Moins d’un policier sur quatre est une policière, et seuls 8% des CRS sont des femmes :

http://cf.datawrapper.de/4CBY7/2/

 

 

Arthur Vuattoux

Université Paris 13 - IRIS

More Posts

La féminisation de la magistrature, comparaison internationale

 

Souvent interrogée à l’aune des seules réalités nationales, la féminisation de la magistrature gagne à être analysée au niveau international, notamment pour comprendre comment les conditions d’accès à la profession varient d’une tradition juridique à une autre (tradition civiliste et de common law, notamment), et ainsi comment ces conditions d’accès influent sur la présence des femmes dans la magistrature. Gisela Shaw et Ulrike Schutlz ont publié une somme à ce sujet, et analysent très finement les tenants et aboutissants de l’accès des femmes à la magistrature. Sans entrer ici dans les détails de leurs analyses, voici le tableau qu’elles ont réalisé à partir de différentes données récentes.

 

Pays Système et culture juridique (CL : common law, CT : tradition civiliste) Zone géographique Première femme juge (année) Pourcentage de femmes dans la magistrature (J = juges, P = procureures)
Allemagne CT, culture germanique Europe 1927 J : 38 %P : 41 %
Autriche CT, culture germanique Europe / J : 51 %P : 47 %
Pays-Bas CT Europe 1947 J : 30-76 %P : 53 %
Belgique CT Europe / J : 47 %P : 47 %
France CT, culture romaine Europe 1946 J : 64 %P : 47 %
Italie CT, culture romaine Europe 1963 J : 48 %P : 38 %
Portugal CT, culture romaine Europe 1974 J : 55 %P : 59 %
Danemark CT, culture scandinave/germanique Europe 1933 J : / P : 64 %
Norvège CT, culture scandinave/germanique Europe / J : 36 %P : 47 %
Suède CT, culture scandinave/germanique Europe / J : 44 %P : /
Pologne CT, ancien régime communiste Europe <1939 J : 63 %P : 53 %
République Tchèque CT, ancien régime communiste Europe 1930 J : 61 %P : 52 %
Slovénie CT, ancien régime communiste Europe / J : 78 %P : 67 %
Russie CT, ancien régime communiste Europe/Asie 1917 J : /P : 45 %
Turquie CT Asie centrale J : 32 %P : 7 %
Syrie CT, culture islamique Proche-orient 1975 J : 12 %
Égypte CT, culture islamique Proche-orient 2003 J : 0,34 %
Émirats Arabes Unis CT, culture islamique Proche-orient 2008 /
Chine CT Asie 1926 J : 24,8 %P : 24,6 %
Japon CT, culture romaine/germanique Asie / J : 15 %
Philippines CL/CT Asie 1952 J : 27,8 %
Grande-Bretagne CL Europe 1945 J (Angleterre et Pays de Galle) : 23 %J (Écosse) : 21 %
Irlande CL Europe / J : 16-29 %P : 60 %
USA CL Amérique du Nord 1870 J (districts fédéraux) : env. 30 %
Canada CL Amérique du Nord 1943 J : 43 %
Australie CL Océanie 1965 J : 28,9 %
Nouvelle-Zélande CL Océanie 1975 J : 26 %
Israël CL Proche-orient 1948 J : 52,4 %
Afrique du Sud CL Afrique / < 18 %
Kenya CL Afrique < 1974 J : 40 %
Inde CL Asie du Sud / Magistrates : 26 %Superior Court : 7 %
Pakistan CL Asie 1974 > 33 %

 

 

Légende : « Les données de ce tableau (les meilleures disponibles, même si elles sont incomplètes) sont issues des contributions de ce volume, de la littérature citée, d’une recherche internet en décembre 2012, du rapport « la commission européenne pour l’efficacité de la justice, rapport 2012 » du Conseil de l’Europe, des retours des différents ministères de la justice, et d’informations issues d’un colloque sur les femmes juges dans le monde musulman à Oslo en décembre 2012 (…). À l’exception de quelques Cours suprêmes, la proportion de femmes juges dans les hautes juridictions tend à décroître lorsqu’on monte dans la hiérarchie. De manière significative, il y a moins de femmes que d’hommes présidents de Cours. Le Parquet [prosecution service] est toujours moins féminisé que le siège [courts], mais ils ont en commun la moins grande présence des femmes aux plus hauts niveaux hiérarchiques. Les différences importantes entre les données concernant les juges et les procureurs peuvent être interprétées à l’aune de la variabilité dans l’importance politique, la hiérarchie sociale ou le prestige associés à ces professions » (Schultz, Shaw, 2013 : 9).

Source : SCHULTZ, Ulrike et SHAW, Gisela (dir.), 2013. Gender and Judging. Oxford, Portland : Hart Publishing.

Tableau et légende traduits par Arthur Vuattoux.

 

 

Arthur Vuattoux

Université Paris 13 - IRIS

More Posts

La sous-représentation des femmes en prison dans les dernières décennies (1980-2012), regard statistique

La sous-représentation des femmes dans les statistiques de la détention est un phénomène bien connu, auquel on trouve plusieurs types d’explications, telles que la moindre présence des femmes dans la commission des délits ou dans la criminalité, le moindre enregistrement de leurs délits par les autorités (police, justice) ou encore leur inscription par l’institution dans d’autres formes de contrôle social, telles que des mesures alternatives ou para-judiciaires (secteur sanitaire et social notamment).

Dans une publication récente, le Ministère de la justice propose un regard rétrospectif sur les statistiques carcérales des trente dernières années. Très riches, les statistiques produites par l’institution permettent de quantifier le phénomène.

Y-a-t-il une évolution remarquable du recours à l’incarcération des femmes dans les dernières années ?

Si le nombre des femmes incarcérées a augmenté entre 1980 et 2012, cela ne se reflète pas en terme de pourcentage de femmes incarcérées parmi l’ensemble de la population sous main de justice, cette dernière connaissant dans son ensemble une véritable explosion démographique. On comptait environ 1200 femmes incarcérées en 1980 ; elles sont aujourd’hui près de 2500. Cependant, le pourcentage de femmes incarcérées sur l’ensemble de la population des prisons n’a que très peu varié dans la même période (se situant, comme on le voit dans le tableau suivant, entre 3 et 4 % de la population carcérale). [Cliquez sur l’image pour l’agrandir]

 Tableau 1980 2012 Population pénale femmes

Le proportion de femmes incarcérées varie t-elle en fonction de l’âge ? Y-a-t-il plus de mineures incarcérées ?

Les statistiques révèlent peu de différences en fonction de l’âge. La pyramide des âges élarborée à partir des données trimestrielles de la population sous écrou depuis 2002 donne en revanche un aperçu très éloquent de la disproportion dans le sex ratio de la population carcérale. Il ressort également des données de cette période que l’incarcération des hommes entre 20 et 69 ans a connu une forte augmentation. Dans le même temps, la part des mineurs dans la population carcérale a systématiquement diminué. En effet, si les mineurs représentaient jusqu’à 2 % de la population carcérale dans les années 1980, leur nombre a baissé dès les années 1990 pour se stabiliser depuis 2009 à 1 % des détenus1. La part des mineures dans la population carcérale est quasi-nulle, même si elle n’est pas quantifiée dans ce document [Cliquez sur l’image pour l’agrandir].

 Sex Ratio Incarcération 2002 2012

 

D’autres éléments mériteraient d’être analysés, tels que l’évolution de l’incarcération des étrangers au cours des années, à envisager comme un reflet de l’activité policière, ou encore la répartition de l’augmentation du taux d’incarcération en fonction du type et du quantum des peines.

1 Ces données permettent par ailleurs de remettre en cause le lieu commun souvent véhiculé d’une forte augmentation de la délinquance des mineurs. Si celle-ci connaît quelques variations, elle a tendance à diminuer, et elle se traduit en tout cas de moins en moins par des peines de prison. De plus, l’ouverture récente (depuis la Loi Perben de 2002) de structures fermées au sein de la Protection judiciaire de la justice ne permet pas d’expliquer à elle-seule la diminution de la part des mineurs dans la population carcérale, puisqu’on voit que cette diminution s’est enclenchée bien avant 2002.

Arthur Vuattoux

Université Paris 13 - IRIS

More Posts

Genrer et Juger : quelques pistes de lecture

Le réseau de recherche collaborative « Gender and Judging », lié à la Tulane University (New Orleans) propose régulièrement des pistes de lectures au croisement des recherches juridiques et du féminisme.

Il vient de diffuser une liste d’ouvrages récents sur son site internet.

On notera notamment l’ouvrage édité par Ulrike Schultz et Gisela Shaw, qui traite de l’importance à accorder au genre dans le fonctionnement de l’institution judiciaire. Voici le résumé de l’ouvrage, en anglais :

Does gender make a difference to the way the judiciary works and should work? Or, is gender blindness a built-in prerequisite of judicial objectivity? If gender does make a difference, how might this be defined? These are the key questions posed in this collection of essays by some 30 contributors from 18 countries around the world. The contributions draw on various theoretical approaches, including gender, feminist, and sociological theories. The book’s pressing topicality is underlined by the fact that, well into the modern era, male opposition to women’s admission to, and progress within, the judicial profession has been largely based on the argument that, because of their gender, women are naturally programmed to show empathy, partiality, and gendered prejudice – in short, essential qualities running directly counter to the need for judicial objectivity. It took until the last century for women to begin to break down such seemingly insurmountable barriers, yet there are a number of countries where even this first step is still waiting to happen. In all, there remains a more or less pronounced glass ceiling to women’s judicial careers. Gender and Judging will be essential reading for anyone interested in how gender effects the law. (Series: Onati International Series in Law and Society).

SCHULTZ, Ulrike et SHAW, Gisela, 2013. Gender and Judging, UK: Hart Publishing.

Arthur Vuattoux

Université Paris 13 - IRIS

More Posts

Les normes de genre et l’élite féminine australienne

Un article paru récemment (1) dans la revue Gender and Education présente un travail d’analyse sémiotique réalisé à partir des brochures de présentation de douze écoles d’élite pour jeunes filles en Australie.

Les auteur-e-s montrent comment ces brochures relayent la représentation d’une féminité d’élite, à la fois très bien adaptée aux exigences néolibérales envers l’éducation (notamment à travers l’idée de « l’interconnexion » entre les élèves), mais surtout très proche de la « nature ».

Ainsi, sur la seule photo présentant une jeune fille en train de faire de la science (devant un microscope), on voit en fond d’image la nature (derrière les fenêtres, au dehors), cette nature étant par ailleurs sur-imprimée sur les bras de la jeune fille, symbolisant bien la primauté d’une nature idéalisée dans la définition de la situation.

Comme l’écrivent les auteur-e-s, « l’omniprésence de la nature dans la majorité des brochures des écoles d’élite pour jeunes filles symbolise un sanctuaire protecteur par rapport à la pureté et à la vulnérabilité imaginée de ces jeunes filles ». C’est ainsi à travers un usage extensif de la nature que la féminité promue par l’institution est construite.

En conclusion, les chercheur-e-s pointent à propos de ces représentations le paradoxe d’une féminité fortement rattachée à la nature (avec l’idée d’une vulnérabilité à préserver, d’une forme de pureté), mais en même temps supposée être adaptée aux contraintes de la structure néolibérale du travail (absence de vulnérabilité, goût du risque, etc.), plaçant ces jeunes filles dans une « situation intenable », au moins du point de vue des représentations.

Cette recherche montre comment une institution (ici, l’institution scolaire) peut « faire passer » des normes de genre dans un discours (ici, un discours publicitaire). Cela pose la question des représentations qui circulent d’un domaine à l’autre, le cas étudié étant largement éprouvé dans d’autres domaines (par exemple, lorsque les discours politiques de la différence des sexes réduisent fréquemment, et de la même façon, les femmes à une nature idéalisée). Cela démontre tout l’intérêt qu’il y a à analyser les normes relayées par les institutions, parfois avec quelques variations, mais souvent avec beaucoup de régularité. Les représentations apparaissent alors comme un moyen de réaffirmer une norme sociale dominante, de la confirmer, voire de l’imposer, faisant des discours publicitaires basée sur une différenciation idéalisée des sexes une forme de prophétie auto-réalisatrice.

(1) Wardman, N., Gottschall, K., Drew, C., Hutchesson, R., & Saltmarsh, S. (2013). « Picturing natural girlhoods: nature, space and femininity in girls’ school promotions », Gender and Education.

Arthur Vuattoux

Université Paris 13 - IRIS

More Posts